Natan-Roux

  NATAN  ROUX

 

 

Montagne propre à Saint Lary Soulan, « Plat d’Adet », les personnes écocitoyennes sont venues donner de leur temps pour ramasser les déchets laissés cet hiver par les vacanciers et les tempêtes. C’est à cette occasion que nous avons rencontré Natan et ses parents, et au fil de la discussion nous apprenons que Natan est un passionné de snowboard et fait sa scolarité en Section Sportive à Lannemezan.

Après avoir pris connaissance de l’association Sport en Cœur et accepté le partenariat sportif nous nous retrouvons un soir à Saint Lary pour mieux le connaître.

Natan est né à Libourne en Gironde le 29 mai 2000, sa maman est professeur des écoles et se dédie spécialement aux enfants en situation de handicap. Son papa est viticulteur dans la région de Libourne, appellation Fronsac proche de Saint-émilion

A quel âge as-tu commencé le sport ?

            Papa faisait du tennis, c’est à 7 ans qu’il m’amena au club de tennis de Fronsac ou je fus initié par le moniteur Benoît Tauziéde.

Avec le tennis on est loin du snowboard, comment as-tu changé de discipline sportive ?

            Progressivement jusqu’à l’âge de 12 ans je faisais beaucoup de tournoi, je suis arrivé 15/4 à l’âge de 13 ans. Avec le départ de mon frère et ma sœur, le changement du travail de maman vers les enfants en situation de handicap, je ne trouvais plus la force, la concentration et l’envie pour matcher. J’avais besoin d’un sport loisir.

En habitant notre belle région d’Aquitaine, nous pouvons penser davantage au surf !

            Nous allions souvent à la montagne et je faisais du snow en famille façon loisir. En allant chercher un équipement à Bordeaux, maman demande au responsable du rayon snow un club sportif de la discipline. Il cite l’ASPTT bordeaux et Brownbears à Saint-lary.

Comment as-tu choisi le club des Brownbears ?

            En 2014 après la décision de changer de sport, un moniteur ESF ayant vu mon niveau, en a parlé à l’entraîneur des Brownbears et l’enchaînement fût rapide. Pour suivre les entraînements mes parents faisaient des allers retours constants, cela devenait difficile.

Tu es en classe Section Sport « Snow» à Lannemezan,  n’habitant pas les lieux cette démarche n’est pas simple.

            L’entraîneur du club recrutait les enfants pour la section Snow du lycée à partir de la seconde. On m’a exceptionnellement permis de l’intégrer alors que j’étais en troisième.

Et maintenant tu es en quelle classe

            Je vais rentrer en 1ere S

Bravo tu es un sportif bien équilibré, la tête et les jambes.

Parle-moi de ton sport

            Dans le snow il y a plusieurs disciplines mais ma préférée c’est le slalom géant parallèle, qui demande beaucoup de technique, je le ressens  bien et mes résultats s’en suivent. Je fais aussi du Border Cross.

Parle-moi de tes résultats

            En 2014/2015 à La Mongie j’ai surpris tout le monde, sauf l’entraîneur. Dans la catégorie minime (13/14 ans) le matin j’ai fini 3ème et sur la 2ème course, 1er. Dans les courses qui ont suivi,   j’ai souvent fini quatrième malgré quelques problèmes de matériel.

Vraiment c’est une année prometteuse.

            Oh oui dans la même année je vais aux championnats de France minimes à Orcières les Merlettes. En « Border Cross » nous sommes 20 alpins et six pyrénéens pris en charge et  accompagnés par le Comité Pyrénéens. Je termine 20ème et tous les Pyrénéens derrières. En Slalom Géant Parallèle, je termine 4ème. Le Président du Comité a dit « Très grosse performance ».

Il faut savoir que dans cette discipline le matériel a son importance, mes parents ont choisi de m’acheter du matériel d’une gamme moyenne. La qualité revient très cher, normalement il faut plusieurs planches suivant la qualité de la neige et le type de compétition. Pour le moment je descends avec une planche « Freestyle ». Pour me permettre d’évoluer avec mon matériel je travaille pendant les vacances.

Que se passe t-il pour la saison 2015/2016 ?

C’est une année compliquée je rentre en catégorie adulte, mais avec mes 1m64 et mes 47kg, je n’ai pas le gabarit pour lutter.

            Mais Natan garde le sourire au départ des compétitions et progresse dans la force mentale avec le sophrologue Loïc Leroy qui lui prodigue des conseils et des techniques à faire avant la compétition.

Alors tu n’as rien fait cette année ?

Ah si je me suis quand même qualifié pour les Championnats de France adultes.

En Border Cross je n’ai rien pu faire j’étais trop impressionné.

En Slalom Géant Parallèle au premier passage j’ai fini 29éme sur 32 qualifiés, donc au tour suivant je suis tombé sur celui qui a fini 4ème. L’épreuve comporte 24 portes je suis devant sur les 22 premières mais son poids fait la différence sur les 2 dernières portes.

Donc pour progresser tu dois continuer ta croissance et prendre du poids

Ça c’est la nature qui va s’en charger. Je dois continuer à travailler ma technique et me faire peur pour me surpasser, faire de la musculation, du gainage et aussi de l’endurance. Cet été je vais me développer en faisant du kayak.

« J’ai une vie sociale au lycée, mais en dehors je n’ai pas besoin des autres pour avancer ».
                    

   

NATAN  INTIME

Ta couleur

Le bleu                                            

Ta musique

J’écoute la musique dans la voiture, tout ce qui passe.

Ta lecture

Scolaire et je surfe sur Internet

Ton film préféré

Wanted

Ton plat préféré

Les pâtes

Ton dessert

« Le Plaisir »

Ton animal

La marmotte

TES Objectifs

Je veux vivre à la montagne et vivre du snow en étant Champion

A BIENTÔT NATAN POUR TA PROCHAINE SAISON