Amaury-Theard

 

 

AMAURY THEARD 

 

ATHLETISME

 

 

 

 

Nous n’avions pas prévu de rencontrer Amaury ce jour là. Nous avons profité de l’organisation d’un tournoi de beach tennis sur les terrains des Coqs Rouges par l’association Sportive de l’Université de Bordeaux pour initier une discussion sur l’athlétisme et les performances d’Amaury, sensible à l’action de l’association Sport en Coeur . Amaury Théard accepte d’en devenir un ambassadeur.

 

Amaury est né le 10 février 1997 à Lyon. Il mesure 1m83 et pèse 69 kilos.

Son père actuellement retraité, est un ancien directeur d’un supermarché. Sa mère est cadre  à la direction des achats  au Groupe  SNCF. 

Actuellement Amaury fait des études d’urbanisme, il vient de valider sa 3éme année de licence à Bordeaux Montaigne.

« Ce sont des études qui correspondent à Bac plus cinq, il me reste 2 ans de master. J’ai aussi un DUT de Génie Civil que j’ai passé en 2017.

Avec ce diplôme j’aimerais être chargé de projet de Métropole à Paris par exemple. Pour l’instant je suis en stage en urbanisme à la mairie de Biganos. »

Comment es-tu venu à l’athlétisme ?

J’ai joué au foot pendant 10 ans en essayant tous les postes, mais aucun ne me convenait vraiment. Maman courait autour d’un stade et moi je la suivais à vélo, et à 15 ans en 2012 j’ai couru autour du stade avec elle.

J’ai essayé de courir 10 km sans m’arrêter et tous les dimanches j’accélérais et de une heure je suis arrivé à 43 minutes.

6 mois après à 16 ans pour voir, je me suis inscrit en individuel à une course : la « Run in Lyon ». J’ai couru le 10.000 mètres en 40’51’’et fini dans le top 200 sur dix mille inscrits. Deux semaines après je me suis inscrit à Caluire à côté de Lyon en catégorie cadet et j’ai terminé 4éme en 39’38. J’ai vraiment aimé l’ambiance. Je me suis inscrit à 17 ans, en 2014 au club d’athlétisme ASC Balan. C’était un club de 30 licenciés avec un bon groupe et une bonne ambiance. Jean Jacques Berrard, le Président du club et aussi entraîneur, m’entraînait le mardi et je faisais de la musculation à côté. Le dimanche je courais 21 kilomètres en sortie loisir. Je suis resté plus d’un an et demi avec eux et j’ai progressé jusqu’à faire 35’30’’ en 2015 lors d’une course à Villeurbanne.

Comment es-tu arrivé à Bordeaux ?

Après l’obtention de mon bac S je suis parti à Nîmes faire mes études à l’ IUT Génie Civil. Je me suis inscrit à l’Entente Nîmoise Sportive d’athlétisme. Là J’étais entraîné par Jacques Jolin durant 2 ans. Avec un entraînement quatre fois par semaine, je faisais de la route, de la piste et du cross. En 2017 à Cavaillon j’ai fait un chrono de 33’26’’et participé deux fois aux championnats de France de 10.000 métres.

A Nîmes j’ai réalisé 15’52 sur un 5.000 mètres piste.

Dans ce club il y avait aussi le champion de France de triple saut Jean-Marc Pontvianne. Je suis devenu Champion départemental sur 10km.

Je suis arrivé à Bordeaux en 2017 et j’ai choisi l’US Talence parce que c’est un club élite et qu’il est le plus proche pour moi. J’ai pris contact avec Jean-Louis Alliot. Je me suis préparé pour les championnats de France et j’ai fait un temps équivalent en 33’29’’.

Comment ça se passe depuis que tu es à l’UST ?

J’ai un nouveau cadre de vie sportive, je participe à la saison de cross, et je vois mon niveau progresser. Je suis devenu champion Espoir zone sud de la Nouvelle Aquitaine en cross et champion Espoir de la Nouvelle Aquitaine sur 10 km. Aux championnats de France de cross j’ai fini dans les cinquante premiers espoirs, et 3éme aux championnats de France par équipe avec Benjamin Malaty. En mars mon objectif était de passer sous les 33’ et j’ai fait 32’54’’ à Moirans.

Je cours samedi 9 juin à Décines-Charpieux (lyon) et je vais essayer de faire moins de 15’30’’ au 5.000 sur piste.

L’hiver je fais du cross, à l’inter-saison du 10 km sur route et l’été du 5.000 mètres sur piste.

Je vais aller aux championnats de France du 10 km route avec pour objectif de faire moins de 32’30.

Dis moi comment tu t’entraînes ?

Je fais six entraînements par semaine.

Lundi- cardio en faisant 30 km de vélo en 1h à 1h30

Mardi- intense mais court ( 30’ d’échauffement, 10’ de préparation physique, et du fractionné court 2x400, 2x200 et retour au calme avec un footing de 20’ à une allure de13, 14 km/heures.

Mercredi- 1heure de footing à 14 km heure avec au milieu un mille en 3’15 (18,19 km heure)

Jeudi comme le mardi

Vendredi ou samedi - comme le mercredi mais le 1.000 et remplacé par 8X100 mètres à 20km heure

Dimanche comme mardi et jeudi mais avec du fractionné long (3x2.000) (7x1.000). Sauf bien sûr les jours de compétition. J’inclues de la musculation deux ou, trois fois par semaine, en travaillant surtout le haut du corps (dos,épaules). Et tous les jours 700 abdominaux et 5 minutes de gainage, peu d’étirements car je n’y pense pas trop : c’est ma lacune. Les dimanches où il y a compétition les séances sont plus légères.

Ton objectif ?

Moins de 32’30 cette année au 10 km

et moins de 15’30 sur 5.000 mètres piste.

Et en 2019 en cross être dans le top 3 espoirs de la Nouvelle Aquitaine.

Tes ambitions

Me rapprocher des 30’ sur 10 KM

Celà restera toujours un plaisir de courir. Je n’ose pas monter en distance pour ne pas me blesser. Je n’ai jamais eu de grosses blessures . J’arrive à bien me gérer et ne pas dépasser certaines limites

Je consacre plus de temps à mes études

AMAURY INTIME

Couleur : Bleu

Musique : Électro

ta lecture : en ce moment je lis en anglais «  A history of the world’s Most Liberal City » de Russel Shorto

Ton plat : la tartiflette

Ton dessert : un fruit avec du musly

Ton animal : le lion

Que connais tu sur le cœur ?

Le cœur est un muscle : pas de cœur pas de vie. C’est primordial. Le mien est petit et très musclé .

Ma fréquence cardiaque est entre 40 et 50 au repos et 180 à l’effort. Ma VMA est 22 km/h

Si je m’arrête de faire du sport j’ai peur d’avoir une crise cardiaque.

 

Bon nous allons tranquilliser Amaury et lui faire une information un peu poussée sur les risques et problèmes cardio-vasculaires liés au sport.

Nous allons suivre Amaury dans ses courses. Avec un peu plus de maturité nous pensons qu’il a une bonne progression.

 Les Performances d'Amaury

 

Date

Epreuve

Perf.

Club

Lig./Dpt.

Ville

2018

26/05

5 000m

15'55''72

Us talence*

N-A / 033

Pontoise

25/03

10 Km Route

32'56''

Us talence*

N-A / 033

Moirans

2017

24/05

1 500m

4'22''77

Entente nimes athletisme

OCC / 030

Vergeze

07/05

3 000m

9'32''74

Entente nimes athletisme

OCC / 030

Nimes

10/06

5 000m

15'52''43

Entente nimes athletisme

OCC / 030

Villefranche sur sao

22/10

10 Km Route

33'24''

Us talence*

N-A / 033

Aubagne

2016

16/10

10 Km Route

33'56''

Entente nimes athletisme

LAN / 030

Montpellier

2015

08/11

10 Km Route

35'26''

Entente nimes athletisme

LAN / 030

Ales

2014

25/05

3 000m

10'59''79

Asc balan

R-A / 001

Bourg en bresse

09/11

10 Km Route

38'09''

Asc balan

R-A / 001

Meyzieu

 

 

Type

Libellé

Str.

Epreuve

Perf.

Date

Lieu

2018

Cross

3ème (place) Inter-régional ESM

 

Course n°11 elite ma

34'17''

25/02/18

Poitiers

Cross

Vice champion(ne) Départ. ESM

033

C 14 - cross elite h

29'59''

14/01/18

Leognan

2017

Cross

Vice champion(ne) Départ. ESM

030

Course 04 cross long

31'49''

08/01/17

Ales

2014

Stade

Champion(ne) M

 

3 000m

10'59''79

25/05/14

Bourg en bresse

 

Luca-Prechat

Luca-Perchat
  LUCA PERCHAT
 
 
  
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Nous avions déjà remarqué Luca depuis 2 ans. Au fur et à mesure des rencontres successives, notre sentiment se confirmait, la passion habitait ce petit bonhomme né le 29 juillet 2008 à Poissy.
Un rendez-vous était pris le 19 mai 2018  aux Coqs Rouges pour se rencontrer.
 
LUCA devient un Partenaire Sportif de Sport en Coeur.
 
Son papa Olivier, commercial dans le Génie Thermique, et sa maman Rosine, consultante en marketing de produits de grande commercialisation, ont dit oui à la passion de leur fils : «Tout pour une vie de Tennis». Ils ont donc pris la décision d’inscrire Luca au CNED et à TENNIS ÉCOLE BORDEAUX avec Gérald Passarrius.
 
Luca en quelle classe es-tu?
Je suis en CM1, et je suis un bon élève.
 
Comment est arrivé cette passion pour le tennis?
C’est arrivé à l’âge de 2 ans en jouant aux raquettes de plage avec maman qui est 30/4 au tennis. Voyant mon plaisir, mes parents m’ont inscrit dans un club à Poissy ou j’ai commencé à prendre des cours. Mais mes parents ont déménagé à Saint-jean d’Illac. En arrivant en cours d’année la programmation de l’école de tennis  du club de Saint jean d’Illac est déjà faite, voilà pourquoi je suis licencié au SAM. C’est Maxime Louisor qui s’est occupé de moi, puis Michel Pontico.
 
Mais comment es-tu arrivé à Tennis École Bordeaux?
À l’âge de 7 ans j’ai été détecté par la Ligue. C’est Gérald qui m’entraînait. Lorsque Gérald a monté sa structure j’ai demandé à mes parents si je pouvais le suivre. C’est ma deuxième année et je suis le plus jeune.
 
Et que penses-tu de cette décision?
Je suis conscient du sacrifice financier de mes parents. Mais c’est aussi un sacrifice pour moi, j’ai dû laisser mes copains et copines de classe.
 
Puisque tu-es le plus jeune, avec qui tu t’entraînes?
Je m’entraîne avec ceux de ma classe qui sont en quatrième et en seconde. Je joue le plus souvent avec Océane qui a 16 ans et qui est classée 15 au tennis. Je fais les tournois en 11,12 ans et les tournois de Ligue. Je me construis.
 
Dis moi Luca quels sont tes rêves?
Être numéro un Mondial et gagner un grand Chelem  à 16 ans. Pour mes études je n’ai pas d’objectifs. J’ai de bonnes notes.
 
LUCA INTIME :
 
Ta couleur préférée : Le bleu mais aussi le rouge
Ton animal : Le chien
Ton met préféré : La raclette et la viande rouge
Ton dessert : Le moelleux au chocolat
Ta musique : Florida
Ton livre: Tintin, La cabane magique.
 
Que regardes-tu à la télévision ?
Le tennis, et aussi les autres sports (ski,foot,rugby,basket). 
 
As-tu un mauvais souvenir ?
Oui le tournoi de Cadaujac, je n’ai rien appliqué de ce que l’on m’a appris.
 
Ton meilleur souvenir ?
À Talence le tournoi interrégional, j’ai bien joué, j’ai appliqué les choses que j’avais apprises. J’ai perdu mais le match était bon, j’étais content. Si je gagne et que je n’ai pas appliqué je ne suis pas content.
 
Aimes-tu un autre sport ?
Oui le surf.
 
Que connais-tu du Cœur ?
C’est un muscle fragile qui nous aide à vivre. Il faut bien s’en occuper.
 
Qu’es ce qui t’a plu dans le fait de devenir ambassadeur sportif de Sport en Coeur ?
Pour moi ça peut aider les gens qui ont des maladies de cœur et les aider avant que ça se passe.
 
Merci Luca pour ta franchise et ta spontanéité. Nous te souhaitons d’aller au bout de tes rêves, et nous restons près de toi.
 
 
En me quittant Luca est parti avec sa raquette faire du mur………. 

Joffrey-de-Shepper

JOFFREY DE SCHEPPER

 

Lors de la remise des trophées des champions de Guyenne nous avions rencontré Joffrey, un peu intimidés par ce grand gaillard, mais sa gentillesse et son sourire ont cassé la glace. Il nous a promis un rendez-vous à son retour d’Espagne…..et nous nous retrouvons à Primrose après son entraînement pour mieux le connaître.

 

Joffrey est né le 16 septembre 1991 à Bordeaux. Ses parents habitant à Saint Jean d’Illac c’est dans le club de la ville, que son père lui fit découvrir le tennis à cinq ans en compagnie de son frère Kenny. A 12 ans il a changé de club pour être licencié à Gradignan, où il est resté  7 ans. Pris au Pôle (France ?) à 12 ans il a d’abord été entraîné par Mathieu Duprat pendant 3 ans puis par Eric Champion. Pour profiter de son allonge il est passé d’un revers à deux mains à un revers à une main. Période difficile, il fallait reconstruire son tennis. Parallèlement il était entraîné par Loïc Letorch en privé avec son frère à Gradignan. Il est ensuite parti au Club de  Saint Médard  ou il fur entraîné par Jean-Christophe Dupont,  également coach de son frère.

« Après le bac, entre 18 et 20 ans  j’ai voulu me lancer seul dans le tennis mais un problème aux adducteurs (pubalgie) a ralenti ma progression. Puis j’ai fait un an en Staps. Après cette coupure et ce repos forcé de trois mois le tennis me manquait et j’entrepris un travail sur moi-même pour me calmer. Pendant deux ans au Stade Bordelais je me suisentraîné seul tennistiquement et physiquement. J’ai joué deux ans à Primrose en équipe 2.  J’ai ensuite intégré le club de La Teste ou dans lequel je pouvais être rémunéré pour jouer en équipe. Entre les tournois et les matchs par équipe je pouvais financer l’entrée dans la structure de Primrose. Je paie 5.000€ à l’année pour les balles et les coachs qui sont Laurent Gabail et Xavier Pujo pour le tennis,  et Raymond Sevilla et Nathan Jean pour l’entraînement physique

 

Lorsque je suis en tournoi je fais entre 2 ou 3 heures de tennis par jour et 1 à 1h ½ de physique et étirements.

Hors tournoi je cherche à me mettre dans le rouge pour progresser  avec 4 heures de tennis par jour de 10h à 12h30 et de 15h à 17h , puis du physique de 17h à 17h45.

 

Je suis professionnel depuis un an et demi Je suis très content, et un peu frustré aussi de ne pas avoir eu le déclic avant, j’avais besoin de mûrir.

 

L’expérience de Kenny est bénéfique nous échangeons beaucoup surtout tennistiquement.

Je n’ai pas assez de finances pour faire les circuits. Je cherche donc à gagner des tournois en France pour partir faire des « Future ». Les Future en France c’est dur. Cet été je serai à fond dans les tournois. »

 

 

Manque la question non ?

2 ¼  de finale dans les Futurs ce n’est pas encore à ce que j’aspire.

Ton meilleur souvenir

Mes victoires sont des bons moments

Ton plus mauvais souvenir

Ma blessure au dos, j’avais battu un joueur 400 en huitième à Bagnoles de l’Orne en janvier 2015. Je fus arrêté dans ma progression

Combien fais tu de matchs ?

Dans une saison une centaine de matchs.

Ton objectif.

Progresser chaque jour, prendre du plaisir, monter en classement.

Ton rêve

Le rêve c’est être dans le top 100 et après tout est permis.

Tu es accompagné ?

Oui j’ai une copine Nous resterons discrets sur cette fenêtre de sa vie.

Ta couleur

Bleu

Ton plat Préféré

Raclette

Ton dessert

Chocolat noir

Ta musique

J’aime tout mais particulièrement le pop rock

Ta lecture

Les biographies de personne qui m’intéresse comme « open d’Agassi » Claude Onestra (hand) Mike Horn ( aventure extrême)

Ton animal

Le chat, le tigre, les félins

Ton dernier fou rire

Je rigole tous les jours, en dehors des terrains bien sûr

Ton meilleur souvenir

Au Stade Bordelais en Nationale 3 pour notre montée en N2 contre une équipe de Paris : 3/2 après les simples, nous jouons les deux doubles côte à côte, l’équipe à côté de nous perd, nous nous retrouvons à 3 partout, et on gagne 10/8 au super tie-break.

Ton plus mauvais souvenir

Trop intime

Ton avenir

J’aimerais être Kiné, un objectif après le tennis.

Karen-Marthiens.

 

  KAREN MARTHIENS  
     


 

C’est à Primrose à la fin de son entraînement que nous avons rencontré Karen petite jeune fille de 12 ans.             

Karen est née à Bordeaux le premier avril 2004. D’abord licencié au CAM ou elle a commencé le tennis avec sa maman Karine et Fabrice  son papa, après le déménagement de ses parents elle change de club pour Blanquefort et depuis 2015 Karen est licenciée à Primrose.

Karen quel est ton rapport avec le cœur ?

Quand on aborde le cœur ça me fait flipper. Des fois j’y pense. J’ai déjà fait une épreuve d’effort et tout est très bien, mais je ne sais plus ma fréquence cardiaque.

Parle-nous de ta scolarité

Je ne vais pas à l’école je suis ma scolarité avec le CNED toute seule et quand j’ai besoin d’aide je fais appel à maman ou papa.

Comment articules-tu tes journées ?

Le matin je me lève vers neuf heures. Je fais mes cours vers 9h15, je mange entre 12h et 13h. Je m’entraîne à 14h à Primrose jusqu’à16h le lundi mardi et vendredi. Samedi et dimanche le matin de 11h à 13h. Le mercredi j’ai cours collectif de 18h à 20h30 avec les garçons et le jeudi de 17h30 à 19h avec les filles plus grandes elles ont 18 ans sauf Marie Guillaume qui en a 14.

Pour l’instant je ne fais pas d’entraînement physique, ni footing, ni musculation.

Te reste-t-il du temps pour ton plaisir ?

Il y a six mois oui mais là plus trop. Pour me distraire je fais la cuisine mon plat préférer la mousse au chocolat. Je vais voir les chevaux cela fait un an que je ne monte plus.

Tu ne vas pas à l’école as-tu une vie sociale ?

OUI, j’appelle mes amies Emilie, Rose, Elena, Nel, Eva toutes des amies de tennis.

Ton meilleur souvenir ?

Sans réponse

Ton plus mauvais

Quand papa est tombé du toit j’ai eu très peur.

Ton meilleur souvenir tennis ?

Quand j’ai gagné Braga au Portugal mon premier tournoi international. J’ai gagné en mars 2016 la veille de l’anniversaire de maman le 26 mars.

Ton plus mauvais souvenir sportif ?

Quand je suis tombée de cheval, je me suis déplacée la colonne vertébrale, il y a 4 ans, je me souviens de tout ou quand comment. Une catastrophe, ça fait peur un coup de sabot dans le dos. Des fois quand je suis fatiguée la douleur revient.

Quel est ton objectif ?

Quand je joue au tennis je m’amuse c’est du plaisir.il m’apporte des rêves. Vraiment au départ que du plaisir, et mon but être numéro un mondiale.

C’est un grand objectif. Mais elle peut y croire dans sa catégorie Karen est déjà numéro 1 française et mondiale.

Tu te donnes combien de temps ?

Je ne me mets pas la pression. En 2016 objectif 2/6 (objectif atteint aux classements d’octobre Karen est 1/6. En janvier 2017 0 en avril 0 ou -2/6 en octobre -2/6 ou -4/6. Je fais tout ce que je peux étape par étape.

KAREN INTIME

Ta couleur ?  Je les aime toutes.

Ta musique ? Kendji Girac. Jennifer Lopez

Ta lecture ? Jack « Dracula » en anglais sur internet. J’adore l’anglais et ça me plait et je ne fais pas de cauchemars.

Ton film ? Plutôt les séries « un gars une fille » les sirènes de Maco. Sorcière bien aimée. Merlin

Ton plat préféré ? Les endives au jambon.

Ton dessert ?  Mousse au chocolat

Ton animal ? Le cheval, le chat, le chien.

Tu aimes les tenues de tennis ? Oui Je préfère jouer en short mais les robes les jupettes je les aime toutes.

 

Quels sont tes prochains matchs ?

-OPENBENJAMINS plus des tournois à l’étranger avec tennis Europe et aussi des tournois adultes dans la région.

Karen est une petite fille déterminée, bien dans sa tête, le sourire et le plaisir de vivre.

Nous allons suivre avec intérêt sa progression.

 

     

 

 

 

 

Natan-Roux

  NATAN  ROUX

                                                                                                                             Natan 2018

 

Montagne propre à Saint Lary Soulan, « Plat d’Adet », les personnes écocitoyennes sont venues donner de leur temps pour ramasser les déchets laissés cet hiver par les vacanciers et les tempêtes. C’est à cette occasion que nous avons rencontré Natan et ses parents, et au fil de la discussion nous apprenons que Natan est un passionné de snowboard et fait sa scolarité en Section Sportive à Lannemezan.

Après avoir pris connaissance de l’association Sport en Cœur et accepté le partenariat sportif nous nous retrouvons un soir à Saint Lary pour mieux le connaître.

Natan est né à Libourne en Gironde le 29 mai 2000, sa maman est professeur des écoles et se dédie spécialement aux enfants en situation de handicap. Son papa est viticulteur dans la région de Libourne, appellation Fronsac proche de Saint-émilion

A quel âge as-tu commencé le sport ?

            Papa faisait du tennis, c’est à 7 ans qu’il m’amena au club de tennis de Fronsac ou je fus initié par le moniteur Benoît Tauziéde.

Avec le tennis on est loin du snowboard, comment as-tu changé de discipline sportive ?

            Progressivement jusqu’à l’âge de 12 ans je faisais beaucoup de tournoi, je suis arrivé 15/4 à l’âge de 13 ans. Avec le départ de mon frère et ma sœur, le changement du travail de maman vers les enfants en situation de handicap, je ne trouvais plus la force, la concentration et l’envie pour matcher. J’avais besoin d’un sport loisir.

En habitant notre belle région d’Aquitaine, nous pouvons penser davantage au surf !

            Nous allions souvent à la montagne et je faisais du snow en famille façon loisir. En allant chercher un équipement à Bordeaux, maman demande au responsable du rayon snow un club sportif de la discipline. Il cite l’ASPTT bordeaux et Brownbears à Saint-lary.

Comment as-tu choisi le club des Brownbears ?

            En 2014 après la décision de changer de sport, un moniteur ESF ayant vu mon niveau, en a parlé à l’entraîneur des Brownbears et l’enchaînement fût rapide. Pour suivre les entraînements mes parents faisaient des allers retours constants, cela devenait difficile.

Tu es en classe Section Sport « Snow» à Lannemezan,  n’habitant pas les lieux cette démarche n’est pas simple.

            L’entraîneur du club recrutait les enfants pour la section Snow du lycée à partir de la seconde. On m’a exceptionnellement permis de l’intégrer alors que j’étais en troisième.

Et maintenant tu es en quelle classe

            Je vais rentrer en 1ere S

Bravo tu es un sportif bien équilibré, la tête et les jambes.

Parle-moi de ton sport

            Dans le snow il y a plusieurs disciplines mais ma préférée c’est le slalom géant parallèle, qui demande beaucoup de technique, je le ressens  bien et mes résultats s’en suivent. Je fais aussi du Border Cross.

Parle-moi de tes résultats

            En 2014/2015 à La Mongie j’ai surpris tout le monde, sauf l’entraîneur. Dans la catégorie minime (13/14 ans) le matin j’ai fini 3ème et sur la 2ème course, 1er. Dans les courses qui ont suivi,   j’ai souvent fini quatrième malgré quelques problèmes de matériel.

Vraiment c’est une année prometteuse.

            Oh oui dans la même année je vais aux championnats de France minimes à Orcières les Merlettes. En « Border Cross » nous sommes 20 alpins et six pyrénéens pris en charge et  accompagnés par le Comité Pyrénéens. Je termine 20ème et tous les Pyrénéens derrières. En Slalom Géant Parallèle, je termine 4ème. Le Président du Comité a dit « Très grosse performance ».

Il faut savoir que dans cette discipline le matériel a son importance, mes parents ont choisi de m’acheter du matériel d’une gamme moyenne. La qualité revient très cher, normalement il faut plusieurs planches suivant la qualité de la neige et le type de compétition. Pour le moment je descends avec une planche « Freestyle ». Pour me permettre d’évoluer avec mon matériel je travaille pendant les vacances.

Que se passe t-il pour la saison 2015/2016 ?

C’est une année compliquée je rentre en catégorie adulte, mais avec mes 1m64 et mes 47kg, je n’ai pas le gabarit pour lutter.

            Mais Natan garde le sourire au départ des compétitions et progresse dans la force mentale avec le sophrologue Loïc Leroy qui lui prodigue des conseils et des techniques à faire avant la compétition.

Alors tu n’as rien fait cette année ?

Ah si je me suis quand même qualifié pour les Championnats de France adultes.

En Border Cross je n’ai rien pu faire j’étais trop impressionné.

En Slalom Géant Parallèle au premier passage j’ai fini 29éme sur 32 qualifiés, donc au tour suivant je suis tombé sur celui qui a fini 4ème. L’épreuve comporte 24 portes je suis devant sur les 22 premières mais son poids fait la différence sur les 2 dernières portes.

Donc pour progresser tu dois continuer ta croissance et prendre du poids

Ça c’est la nature qui va s’en charger. Je dois continuer à travailler ma technique et me faire peur pour me surpasser, faire de la musculation, du gainage et aussi de l’endurance. Cet été je vais me développer en faisant du kayak.

« J’ai une vie sociale au lycée, mais en dehors je n’ai pas besoin des autres pour avancer ».
                    

   

NATAN  INTIME

Ta couleur

Le bleu                                            

Ta musique

J’écoute la musique dans la voiture, tout ce qui passe.

Ta lecture

Scolaire et je surfe sur Internet

Ton film préféré

Wanted

Ton plat préféré

Les pâtes

Ton dessert

« Le Plaisir »

Ton animal

La marmotte

TES Objectifs

Je veux vivre à la montagne et vivre du snow en étant Champion

A BIENTÔT NATAN POUR TA PROCHAINE SAISON

 

Camille-Moga

     
 

CAMILLE   MOGA

 

Née le 4 décembre 1993

Club Villa Primrose

Classement 2015 -4/6

Championne de France Universitaire par équipes

Médaille d’argent aux championnats d’Europe Universitaire par Équipe battue par l’Ukraine.

Camille a commencé le tennis au CAM à l’âge de 5 ans.A 15 ans classée à 5/6 elle change de club pour plus d’entraînements et de contact tennistique. Elle va à Primrose avec Svatlana Piqueres du stade Bordelais. Elle est entrainée par Mathieu Duprat et Laurent Gabail.

En parallèle elle continue ses études et passe un bac Economique et Social. Valide sa deuxième année de science du langage et rentre en troisième année de science de l’éducation pour intégrer l’école de professeur des écoles (ESPE). Ses études lui ont permis de continuer le tennis sport exigeant pour les horaires et disponibilités pour les compétitions qui ne se déroulent pas toujours le week-end et sur un seul jour.

Et maintenant avec quel club joues-tu ?

Je suis toujours licenciée à la Villa Primrose mais ce n’est plus le club qui m’entraîne. Je m’entraîne au CNUT (Centre National Universitaire de Tennis) au centre de ligue avec Sophie Couret. Nous sommes au moins cinq négatives ainsi des contacts de hauts niveaux pour s’entraîner.

Combien d’heures d’entraînement par semaine ?

En tennis 7 heures et 1h1/2 de physique

Tes objectifs tennistiques ?

J’ai fait une bonne saison avec des perfs de niveau national : les numéros 37, 34,48, française et 2 joueuses classées à  -15

En championnat de France individuel j’ai gagné une numérotée et perdu en demi finale.

Cela va me permettre de me maintenir et peut être....

Combien de match dans ta saison ?

Environ 50 matchs pour ma saison.

Et pour 2016 ?

Ah si je trouvais le courage de travailler mon physique il me serait permis de monter à -15 et peut être...

As-tu encore un peu de place pour les loisirs ?

Dans la vie Camille aime :

Tous les sports Les faire et les regarder. Le basket à la télé, le Beach, le padel au TCBx, le Volley-ball à la plage, le bowling.

Le cinéma, mon film préféré « L’Intouchable »

La musique, électro, arenbi

Tennis magazine et Sud Ouest

Mon plat préféré l’entrecôte

Mon dessert Crêpes et crêpes Nutella chantilly (j’ai tout faux)

Ma couleur le  Bleu.

Mon animal le chien

Ton plus beau souvenir

Noël ma première voiture une "mini Cooper"               

Ton plus mauvais souvenir

Le décès de mon papy.

 

DERNIERS RÉSULTATS

Vainqueur du tournoi de Lacanau Océan

En Beach Tennis vainqueur du Tournoi de la Dune

Camille pense encore faire un ou deux tournois de fin de saison en septembre.

En Tennis la saison reprend le premier Octobre nous ne manquerons pas de suivre

Camille MOGA

 

Carl-Dupont

 

  CARL DUPONT  
     

Nous avons rencontré Carl (carlou pour les copains) au Triathlon d’Arcachon le 25 avril 2015.               

Sa stature, sa simplicité, nous ont de suite plus.

C’est sans hésitations qu’il soutient la cause de Sport en Cœur.

De notre côté nous l’encouragerons dans ses projets et vous informerons de ses résultats.

Faisons connaissance un peu mieux avec lui.

 

Carl est né le 28 septembre 1994 à saint germain en laye

A débuté le triathlon à 12 ans

Il est actuellement licencié au club de Toulouse Triathlon Métropole

Ses meilleures performances :

Vice champion de France d’Aquathlon en 2014

56ème à la coupe d’Europe à Aveiro Portugal Triathlon Sprint

Ses Projets

Accéder à la Première division avec le club de Toulouse Métropole

Accès au niveau international en compétition

Participer à des coupes d’Europe en fin de saison.

Continuer à travailler le vélo cela me fera gagner des places. C’est encore mon point faible.

 

Dans la vie  Carl aime :

Le sport en général

La techno

Les lasagnes et comme désert  «  Banna split »

Les sorties faire la fête.

Comme tout sportif as tu eu des déceptions ?

Oui, ma plus grosse déception  un abandon en championnat de France en Duathlon il y a trois ans. Deux chutes sur le vélo.

Quel est ton entrainement préféré 

J’aime les séances de multi enchainement vélo course à pied ;

et le nombre d'heures d’entrainement par semaine ?

Je m’entraine entre 16h et 18 heures.

Parle nous un peu plus de toi

Actuellement je sors de blessure hivernale « une aponévrosite plantaire »la reprise est dure

Ma fréquence cardiaque Max est de 208

Ma fréquence cardiaque au repos 42

Je mesure 1métre 86 et pèse 72 kilos

LES DERNIERS RÉSULTATS

7ème au triathlon d'Arcachon le 25 avril 2015 (Carl fut un peu déçu, mais revenant d'un stage en altitude à FontRomeu il faut que le corps récupère).

Vainqueur du Triathlon M de LACANAU le 9 mai 2015

 

 

Les sportifs

Amaury-Theard

     

 Carl Dupont

Triathléte

 

 Camille Moga

Tennis

 Natan Roux

Snowboarder

      Luca-Perchat 

Karen Marthiens

Tennis

 

Joffrey-de-Shepper

 Tennis

Luca-Prechat

Tennis

     

Amaury-Theard

Atlétisme